Cabinet infirmier du château

Catherine DOGOUI et Farida BOUNIF

06.32.10.52.62

Actualités

DIABÈTE : COMMENT SE REMETTRE D’UNE HOSPITALISATION EN URGENCE


La vie avec le diabète n’est pas un long fleuve tranquille… Nous allons aborder ici une question parfois douloureuse : celle de l’hospitalisation, et en particulier l’hospitalisation en urgence. Environ un tiers des personnes vivant avec le diabète quelque soit le type, devront avoir recours à une hospitalisation (soit pour une urgence, une chirurgie, bilan, etc.) dans l'année(1). Que ce soit lors de la découverte de la maladie, d’une hypoglycémie ou encore en raison d’une complication, l’hospitalisation est toujours un moment difficile. Comment faire pour que cette épreuve se déroule le mieux possible, et surtout pour la surmonter ?
LA PRÉPARATION
Tout d’abord, quelques petits conseils pratiques. Ce n’est pas parce que l’hospitalisation est urgente, et donc imprévue, que l’on ne peut pas s’y préparer. C’est certain, dans le stress, vous oublierez les informations les plus importantes pour l’équipe de soins qui parfois ne vous connait pas. Il peut être utile d’avoir chez soi un dossier préparé comprenant les dernières ordonnances, bilans et compte-rendu médicaux. Pratique, la carte de diabétique, que vous pouvez porter sur vous contient un certain nombre d’informations importantes.

À L’HÔPITAL
Ce n’est jamais facile d’être à l’hôpital, et cela peut devenir un véritable traumatisme psychologique. L’important est de savoir demander de l’aide, et savoir s’entourer. Faites appel à vos amis, à votre famille, et essayez de relâcher un peu la pression. Avec les soignants, il faut parler ! De nombreuses hospitalisations sont vécues difficilement à cause de simples malentendus avec les équipes de soins. Profitez de l’hospitalisation pour dire tout ce qui ne va pas, et poser toutes les questions qui vous viennent !

LA REPRISE DU TRAVAIL
En particulier lors de longues hospitalisations, le retour à la vie quotidienne est parfois difficile à gérer. N’hésitez pas à demander conseil autour de vous, ainsi qu’à votre médecin. Tout est une question de juste milieu : ne vous lancez pas à corps perdu dans votre travail, une hospitalisation, quelle qu’en soit la raison, nécessite une petite période de convalescence.

SURMONTER L’ÉPREUVE
Après une hospitalisation difficile, il est normal d’avoir du mal à s’en remettre pendant quelques temps. Mais l’hospitalisation est toujours riche d’enseignement. Il faut essayer de bien comprendre ce qui s’est passé pour éviter de futurs incidents. Il faut faire de ces épreuves une force, ce qui vous permettra avec le temps de vous accoutumer à ces situations.


En savoir plus


Perte de poids : 5 bienfaits santé insoupçonnés


On sait que, lorsqu’on est en surpoids, la perte de poids a des bienfaits sur le bien-être, sur le taux de cholestérol et diminue le risque de maladies cardiovasculaires. Mais elle a d’autres bienfaits santé que l’on connait moins…
En effet, en surpoids, les articulations, en particulier des genoux, des hanches et du dos subissent plus de pression. La perte de poids diminue la tension sur ces articulations, réduisant donc les symptômes de l’arthrose.

Lorsqu’on est en surcharge pondérale, l’amincissement permet d’être plus mobile, plus flexible et apporte une meilleure indépendance physique en prenant de l’âge.


En savoir plus


Chimiothérapie à domicile



Il est aujourd'hui possible d'être traité par chimiothérapie à domicile avec les mêmes garanties d'efficacité et de sécurité qu'à l'hôpital. En effet, de plus en plus de traitements anti-cancéreux sont disponibles par voie orale et certaines chimiothérapies par voie intraveineuse peuvent être administrées à domicile.

Quand on est traité pour un cancer, il est nécessaire de se rendre régulièrement à l’hôpital, pour des consultations et des examens de contrôle, mais également pour recevoir son traitement : chimiothérapie par voie intraveineuse, radiothérapie ou les deux.
Il existe cependant des alternatives qui permettent aujourd’hui de prendre le traitement à domicile. Cela constitue un avantage certain. Tout d’abord, on évite les temps de transport et d’attente, qui peuvent être fatigants. Par ailleurs, on reste dans son environnement personnel et familial, ce qui peut être plus réconfortant. Ceci, tout en restant suivi régulièrement par son médecin


En savoir plus


Votre peau


omment protéger sa peau
Si vous ne désirez pas avoir des rides et une peau prématurément vieillie, alors il faut prendre immédiatement soin de votre peau. Pour lui garder un aspect frais et sain, il convient de suivre les conseils suivants.

La protection de la peau est à la mode. Voici quelques moyens de prévenir le cancer de la peau.

Personne n’a envie de rester à l’intérieur quand il fait beau. Pour s’exposer au soleil, il faut donc faire preuve de bon sens et d’intelligence. LA PROTECTION EST UNE PRIORITÉ. Découvrez comment vous pouvez vous protéger du soleil.
RÉDUISEZ votre exposition au soleil entre 11 et 16 heures et lorsque l’indice UV est supérieur à 3.
COUVREZ-VOUS avec des vêtements amples et restez à l’ombre.
PORTEZ un chapeau à larges bords et des lunettes de soleil.
UTILISEZ UN ÉCRAN SOLAIRE AYANT UN FPS DE 30 ou plus et réappliquez votre écran solaire conformément aux instructions.
ÉVITEZ complètement les lampes solaires.
L’observation de la peau, une bonne précaution

S’ils sont détectés suffisamment tôt, la plupart des cancers de la peau peuvent être guéris.


En savoir plus


Votre peau


omment protéger sa peau
Si vous ne désirez pas avoir des rides et une peau prématurément vieillie, alors il faut prendre immédiatement soin de votre peau. Pour lui garder un aspect frais et sain, il convient de suivre les conseils suivants.

La protection de la peau est à la mode. Voici quelques moyens de prévenir le cancer de la peau.

Personne n’a envie de rester à l’intérieur quand il fait beau. Pour s’exposer au soleil, il faut donc faire preuve de bon sens et d’intelligence. LA PROTECTION EST UNE PRIORITÉ. Découvrez comment vous pouvez vous protéger du soleil.
RÉDUISEZ votre exposition au soleil entre 11 et 16 heures et lorsque l’indice UV est supérieur à 3.
COUVREZ-VOUS avec des vêtements amples et restez à l’ombre.
PORTEZ un chapeau à larges bords et des lunettes de soleil.
UTILISEZ UN ÉCRAN SOLAIRE AYANT UN FPS DE 30 ou plus et réappliquez votre écran solaire conformément aux instructions.
ÉVITEZ complètement les lampes solaires.
L’observation de la peau, une bonne précaution

S’ils sont détectés suffisamment tôt, la plupart des cancers de la peau peuvent être guéris.


En savoir plus


VACCIN : LE GUIDE DE LA VACCINATION


A partir du 1er janvier 2018, en plus des vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite, les enfants devront obligatoirement être vaccinés contre la coqueluche, l’haemophilus influenzae b, l’hépatite B, le méningocoque C, le pneumocoque, la rougeole, les oreillons et la rubéole.


COMMENT ET QUOI MANGER POUR MAIGRIR? VOICI MES CONSEILS ET ASTUCES POUR MAIGRIR SAINEMENT ET PERDRE DU POIDS DURABLEMENT


PERDRE DU POIDS DURABLEMENT
On va se dire les vraies affaires en partant: la nutrition est LE facteur le plus important pour perdre du poids rapidement! Non pas que de s’entraîner n’est pas utile bien au contraire! En dehors des bienfaits de l’activité physique sur le corps humain, l’entraînement nous permet d’augmenter le nombre de calories que l’on brûle chaque jour et donc contribue à nous faire perdre du poids.

Mais selon moi, la nutrition peut représenter 60 à 70% du poids perdu contre 30 à 40% par l’activité physique. Non pas que l’entraînement n’est pas si utile que ça bien au contraire, son impact global sur notre santé est très important autant que d’avoir une nutrition de qualité.

Mais je dirai plutôt que Nutrition et entraînement sont indissociables et doivent représenter chacun 100% de votre perte de poids et de votre attention.

Réussir à perdre du poids signifie: d’une part changer ses habitudes de vie en bougeant plus au quotidien (voir les 10 trucs d’entraînement pour perdre du poids rapidement) et d’autre part, changer ses habitudes alimentaires.

Et j’insiste sur le fait de changer ses habitudes dans le sens global c’est à dire que ces nouvelles façons de manger et de s’entraîner DOIVENT REMPLACER complètement et définitivement nos anciennes “mauvaises” habitudes de vie.

Vous trouverez ici tous mes petits trucs de pro pour commencer dès aujourd’hui à améliorer votre alimentation, votre “régime” au sens littéral du terme, c’est à dire “votre façon de vous alimenter” au quotidien et surtout de vous permettre de conserver ces bonnes habitudes alimentaires à long terme.

Mais n’oubliez jamais de dépenser vos calories au quotidien pour combiner les effets de la nutrition et de l’entraînement, et ainsi perdre du poids plus rapidement!

Les conseils que je donne ici ont pour but de vous aider à faire des choix santé et de vous aider à atteindre vos objectifs de perte de poids plus rapidement. Cette liste de fondamentaux à respecter sur la nutrition se base sur mes connaissances (physiologie de l’exercice et nutrition sportive) et les résultats que j’obtiens sur le terrain (donc dans la “vraie” vie) auprès des athlètes et personnes que j’ai la chance de suivre et d’entraîner. Vous ne trouverez pas ici un recueil d’articles scientifiques qui risqueraient de vous noyer dans de l’information parfois lourde à lire et à comprendre. C’est donc avec le souci de rendre l’information plus digeste et accessible que j’ai écrit cet article (vulgarisation de l’information) et par conséquent, tous les aspects de la nutrition ne seront pas abordés en un seul article, ça va de soi, mais feront l’objet de publications à venir.
“Balance, ooooh balance, dis-moi: qui est la plus belle?”



via GIPHY



BESOIN DE RECETTES SANTÉ DÉLICIEUSES ET PRÉCISES POUR AMÉLIORER VORTE SANTÉ ET PERDRE DU GRAS DURABLEMENT?

VOIR LE PROGRAMME DE RECETTES
1- Manger une plus grande portion de protéines, choisir de meilleures sources de graisses et diminuer nettement les apports en sucre.
Manger des viandes maigres telles que la viande de cheval, du poulet, de la dinde, manger du poisson gras ou encore ajouter des légumineuses (haricots rouges, lentilles etc) à votre alimentation, permettra d’augmenter l’apport en protéines à chaque repas.

Les protéines sont très importantes pour notre organisme. Elles servent à la construction et le maintien d’un grand nombre de tissus corporels (l’hémoglobine, les tissus tels que la peau, les tendons, les ligaments, les hormones etc). Mais pour ce qui nous intéresse le plus, à savoir perdre du poids, les protéines servent à la récupération musculaire suite aux entraînements, à fournir l’énergie pour vos journées et pour vos trainings et évidemment, à augmenter le sentiment de satiété à chaque repas essentiel pour réduire le grignotage entre autre.

Valeur nutritionnelle: 1 gramme (1g) de protide fournit à l’organisme 4 Kilo Calories (4 Kcal) ou l’équivalent de 17 Kilo Joules (17 Kj).

Pour vous aider à augmenter vos apports en protéines, je vous ai fait une belle petite fiche les 15 sources de protéines à petit prix que vous pouvez télécharger gratuitement pour l’imprimer en bas de cet article et vous pouvez même la mettre sur votre frigo! (merci qui? 🙂

Les sucres ou glucides sont les pires « ennemis » à combattre pour perdre du poids. IL NE FAUT PAS les supprimer complètement car notre cerveau fonctionne em grande partie aux glucides et nos muscles en utilisent aussi beaucoup comme source d’énergie.

Quant aux graisses, elles jouent des rôles fondamentaux et ont des implications majeures pour notre santé et le bon fonctionnement de notre organisme. Il est donc impératif de ne pas les supprimer mais de tout simplement choisir de meilleures sources de graisse voire selon votre alimentations, de revoir à la baisse vos apports en gras dans votre alimentation afin de corriger votre bilan calorique quotidien et par là-même votre santé.

Si vous ne voulez pas vous casser la tête et passer des heures à chercher des tas de solutions par vous-mêmes, si voulez savoir exactement quoi manger, en quelle proportion, obtenir une liste d’épicerie précise, près de 200 recettes minceur scientifiquement conçues pour la perte de poids et apprendre tous mes secrets pour changer définitivement votre nutrition, je vous recommande d’en apprendre plus sur Nutrition Hardcorps 1.0, le meilleur régime alimentaire pour perdre du poids (en toute modestie bien sûr :)).

À supprimer de préférence de votre alimentation
La mayonnaise industrielle (et oui, je sais la vie est injuste;), la margarine, l’huile de palme contenue dans les produits industriels et préparations toutes faites (notamment le Nutella, nooooooooon!), diminuer les sources de gras trans et saturés en fait comme le gras des viandes rouges (en manger 1-2 fois max par semaine), la crème, le saindoux ou graisse de porc, le suif ou graisse de boeuf, la graisse d’oie ou de canard, etc.

Car ces graisses seraient impliquées dans l’augmentation du “mauvais” cholestérol sanguin ou LDL (Low Density Lipoprotein) ainsi que des maladies cardio vasculaires de façon générale.

Cependant, dire que ce sont de mauvais gras est erroné et je reviendrai dans un autre article sur l’importance des graisses et leurs rôles dans l’organisme. 1g de lipides fournit à l’organisme 9 Kcal (38Kj).

À diminuer (mais ne pas supprimer)
Le beurre (composé en majorité de gras saturés) lui vous pouvez vous en passer complètement mais au pire, si vous en conservez à de rares occasions dans votre alimentation ça n’est pas si grave. La quantité de beurre de peanut (beurre d’arachide) car comme indiqué dans mon document gratuit ici c’est une bonne source de protéines qu’il faut conserver dans son alimentation et elle est riche en graisses bonnes pour la santé.

Garder et augmenter l’huile d’olive, de colza, de lin, les poissons gras tels que les maquereaux, sardines, saumon, le kill (de petites crevettes qui vivent en eaux froides) ou les gélules d’huiles d’omega-3 (composées d’huiles de poissons gras) sont une bonne aide pour augmenter la consommation d’Omega-3 dans son alimentation et rééquilibrer le ratio Omega-3 / Omega-6 (la quantité maximale quotidienne d’Omega-3 serait de 3000mg).

Bien qu’elle soit composée presqu’exclusivement de gras saturés habituellement à l’origine de maladies cardio-vasculaires, l’huile de noix de coco serait très bonne pour la santé. Pourquoi? Je vous livre tous ses secrets ainsi que ceux de 2 autres aliments très intéressants pour la perte de poids dans un autre article.

Les sucres quant à eux se retrouvent partout dans notre alimentation moderne et en trop grandes quantités notamment dans les boissons telles que les sodas (Coke, Sprite, 7Up, Pepsi etc), la bière, l’alcool et les jus diver. Ils composent tous les plats tout faits et préparations que l’on peut trouver au supermarché. 1g de glucides fournit à l’organisme 4 Kcal (17 Kj).

Ce sont les sucres raffinés (sucre blanc ou saccharose) et les faux sucres (aspartame, sucralose…) qui sont à éviter. Les premiers lorsque consommés apportent une bonne quantité de calories lesquelles si elles ne sont pas utilisées par votre corps, seront stockées sous forme de graisse. Par différents processus physiologiques, ils perturbent aussi le fonctionnement de votre organisme qui va stocker de plus en plus les sucres en graisse.

Il est donc important de drastiquement diminuer tout ce qui est sucré, liquide comme solide, et idéalement, de ne consommer que le sucre “complexe” contenu dans les fruits et légumes crus. Mais si vous ne pouvez pas vous passer de votre petit sucre dans le café alors je vous recommande ces 4 alternatives santé au sucre blanc.

Rappel des valeurs nutritives des macronutriments: 1g de lipide (graisse) = 9 Kcal 1g de glucide (sucres) = 4 Kcal 1g de protide (protéines) = 4 Kcal.

Enfin, si vous souhaitez obtenir les meilleurs résultats possibles, je vous conseille de mettre en action la Méthode Hardcorps au complet pour une transformation redoutablissime 😉

2- Pour une alimentation spéciale perte de poids, manger 5 à 6 petits repas (collations) vaut mieux que 3 plus gros repas
Manger en faible quantité souvent empêchera d’avoir la sensation de fringales. De créer une fréquence et une régularité dans votre alimentation tout au long de votre journée permet de garder l’estomac occupé et toujours partiellement plein.

L’apport en énergie sera réparti régulièrement au cours de la journée et permettra d’éviter des coups de fatigue qui pourraient survenir avec les 3 gros repas par jour habituels.

Vous savez le fameux phénomène planétaire où tout le monde s’endort vers 14h au travail ou à l’école… La plupart du temps, ce coup de fatigue est simplement dû au pic de glycémie qui survient pendant la digestion d’un repas copieux et riche en glucides. Si vous changez votre régime alimentaire et que vous mangez de plus faibles quantités réparties dans ta journée et moins riches en graisses et sucres vous éviterez ou au moins minimiserez ce phénomène de coup de bambou de l’après-midi. Pour vous donner un repère, vous pouvez manger un petit repas ou collation toutes les 2 heures environ et toujours riche en protéines, faible en gras et en sucre. Ça vous fournira l’énergie nécessaire pour votre journée et pour vos entraînements et vous permettra de diminuer plus facilement le nombre total de calories que vous mangez chaque jour.

Idéalement, mangez 1 déjeuner le matin 30-45min après vous être levé, 2h plus tard ou vers 9h30-10h mangez une collation, le dîner du midi, une nouvelle collation vers 15-16h, le souper vers 18h et une autre petite collation vers 20-21h.

N’oubliez pas que je parle là de petites quantités. Le plan nutritionnel Nutrition Hardcorps 1.0 que je recommande comprend 3 repas et 3 collations par jour.

3- Ne sautez pas de repas!
Si vous pensez qu’en sautant un ou 2 repas par jour vous allez maigrir plus vite, vous vous mettez le doigt dans l’oeil jusqu’au cerveau!

Si vous coupez des repas ou que vous diminuez trop rapidement vos calories comme c’est le cas pour une diète ou un régime hypocalorique sévère, votre corps entrera en situation de survie et mettra en place des processus de mise en réserve encore plus préjudiciables pour votre poids et votre santé au final.

C’est pourquoi il est PRIMORDIAL de ne JAMAIS sauter de repas. Créer une régularité pour votre corps, une routine en mangeant de plus faibles quantités souvent chaque jour permettra d’apporter à votre corps (et votre cerveau) tous les nutriments dont il a besoin pour bien fonctionner quotidiennement.

Réduire les quantités, augmenter la fréquence des repas et opter pour des aliments de meilleure qualité nutritive permettra de réduire votre envie de grignoter, comblera votre estomac, supprimera vos rages de fain et diminuera ainsi le nombre de calories que vous consommez chaque jour. Petit à petit, votre corps utilisera ses propres réserves de graisse comme source d’énergie.Le tout est donc de ne pas perturber vos cycles hormonaux et enzymatiques qui gèrent l’utilisation de vos réserves d’énergie.

Alors ne sautez pas de repas et conservez toujours le même rythme alimentaire (fréquence et qualité des repas) pour que votre corps garde les mêmes repères et puisse gérer plus efficacement l’utilisation des calories au quotidien. Cette stratégie alimentaire vous permettra de perdre du poids rapidement et surtout sainement.

4- Ne mangez aucuns plats et produits industriels ou déjà préparés
Pour certains, ce sera une règle difficile à respecter mais on a rien sans rien n’est-ce pas?

Vous êtes pressé, vous devez aller travailler ou bien rencontrer un client et vous n’avez pas eu le temps de manger?

La tentation est forte. Tant que possible, essayez de vous préparer une collation ou votre dîner dans une boîte à lunch à l’avance, et ainsi de refuser de terminer au Mc Do ou même au resto!!

Si vous deviez vous trouver un restaurant où manger, Ce site internet est une ressource très intéressante en Amérique du Nord et États-Unis pour choisir convenablement les endroits que vous souhaitez manger avec de nombreux restaurants référencés.

Ce site a été créé par des nutritionnistes pour aider les athlètes et préparateurs physiques québécois à faire des choix plus santé lorsqu’on est en déplacement, en compétition, ou en camp d’entraînement: manger en voyage.

Les aliments industrialisés (farines raffinées, biscuits, plats tout préparés etc) contiennent des tas d’additifs, conservateurs, colorants et produits chimiques servant à la tenue des aliments qui sont de véritables poisons pour l’organisme et je ne plaisante pas à ce sujet! Sans compter la quantité de sucres, graisses et de sel (sodium) qu’ils contiennent pour donner plus de goût! Alors fuyez ces aliments, ils sont comme la pomme de la sorcière dans Blanche Neige: “mange moi, je ne suis pas cher, mange moi, je suis bon au goût, je suis alléchant à voir…” et BAM! Crise cardiaque, et BAM! Tu te réveilles un matin avec 50lbs en trop et on t’apprend que tu as la glande thyroïde déréglée.

Alors prenez 10min chaque soir pour préparer à l’avance vos repas et collations du lendemain dans des tupperwares au frigo. Ça n’est pas si long et ça vous évitera de gâcher tous vos efforts.

5- Dormez plus longtemps aiderait à perdre plus de gras
Tout est une question de régulation hormonale. L’adrénaline, la noradrénaline, la leptine, l’insuline etc sont autant d’hormones qui sont utilisées par le corps pour entre autre réguler l’utilisation de vos réserves d’énergie (consommation, stockage et choix du type de source d’énergie utilisé) en réponse à la stimulation de l’environnement comme votre activité physique par exemple.

Avec notre mode de vie moderne, le corps développe une résistance à certaines hormones, notamment l’insuline qui est principalement impliquée dans le stockage des glucides (sucre) sous forme de graisse.

Le sommeil aide à rétablir la sensibilité du corps aux hormones. Autrement dit, si vous dormez plus longtemps, votre corps sera capable de brûler plus de graisses le lendemain lors de vos entraînements car il sera plus sensible aux hormones qui gèrent les réserves de gras. L’utilisation énergétique des graisses sera meilleure au cours et après l’entraînement et diminuera la rétention des sucres sous forme de gras. Pour des résultats optimaux, il faudrait dormir entre 8 et 10h par nuit et se coucher de préférence avant 22h (je vois déjà les insomniaques parmi vous partir à rire).


CLIQUE SI TU VEUX UNE SANTÉ AU TOP ET UNE PERTE DE POIDS ASSURÉE!
6- Buvez 1 à 2 tasses (40-80ml) de thé vert par jour pour faciliter la perte de gras
Le thé vert est reconnu pour ses propriétés brûleur de graisse car il bloquerait la lipase, l’enzyme responsable de l’absorption des graisses. Donc si les graisses ne sont pas absorbées (ou en faible quantité), elles entrent en moins grande quantité dans votre corps ce qui limiterait la prise de poids.

De plus, le thé vert est riche en antioxydant appelés les catéchines qui favorisent la lutte contre les radicaux libres responsables du vieillissement cellulaire.

Le thé vert contient 2 substances accélérant la perte de poids: la caféine, entre 3 et 4% et les antioxydants catéchines. Ces 2 substances agissent sur une hormone responsable de l’oxydation des graisses et de l’augmentation de la dépense énergétique, la noradrénaline, en augmentant sa concentration dans l’organisme.

La thermogénèse (production de chaleur par l’organisme) est stimulée et augmente de même que la lipolyse (dégradation des graisses) serait accélérée, contribuant toutes deux à diminuer la masse grasse corporelle.

7- Buvez un grand verre d’eau avant chaque repas et commencez vos repas par manger les fruits et légumes crus
L’objectif ici est de remplir votre estomac pour provoquer un sentiment de satiété précoce et ainsi, de diminuer l’envie de manger en particulier des féculents et des matières grasses pendant le repas.

Avez-vous remarqué à quel point vous sauteriez sur tout ce qui est sucré et gras (chips en particulier) lorsque vous faites l’épicerie le ventre vide? C’est à éviter coûte que coûte!

Pour éviter cela, prenez l’habitude de manger une petite collation avant d’aller faire votre épicerie et éviter de revenir avec un panier plein de “scrap”.

Boire un grand verre d’eau crée ce sentiment de satiété qui va vous permettre de limiter la quantité de nourriture que vous aurez envie de manger pendant le repas. Buvez 250ml avant chaque repas et un autre 250ml pendant pour augmenter l’effet de satiété et réduire la quantité de nourriture que vous mangez.

Les fruits et légumes quant à eux sont composés de fibres qui agissent de la même manière en remplissant votre estomac et en provoquant cet effet de ventre plein. Les fibres améliorent le transit intestinal pour éviter d’être constipé (c’est quand même utile) et ils fournissent tous les sels minéraux, vitamines et antioxydants dont vous aurez besoin pour votre journée et récupérer de votre entraînement.

Commencez chaque repas par manger les fruits, les légumes et boire un grand verre d’eau vous aidera rapidement à diminuer la quantité de nourriture que vous mangez. La quantité de calories ingérées à la fin vos repas et de votre journée diminuera ce qui contribuera efficacement à perdre du poids rapidement.

8- Ajouter un peu de citron ou de vinaigre de cidre dans votre verre d’eau favoriserait la perte de gras
Ça ouvre l’appétit, prépare à la digestion et diminue l’absorption des graisses lors de la digestion.

L’acidité du citron ou du vinaigre ralentit la vidange gastrique et transforme les sucres contenus dans ton repas en sucres à Index Glycémique (IG) élevé en sucres à IG faible ce qui a de nombreuses répercussions positives sur la santé.

Prendre du vinaigre avant ou pendant ton repas a aussi un effet coupe faim et donc te permet de diminuer la quantité de nourriture que tu manges pendant ton repas.

Enfin, le vinaigre aurait un effet sur les amylases, enzymes de la digestion présentent dans le petit intestin et bloquerait (selon certaines études mais des recherches plus approfondies devraient être menées pour confirmer cette donnée) leur activité diminuant ainsi la quantité de sucre qui entrerait dans l’organisme au cours de la digestion.

9- Composez votre assiette idéale
Votre assiette idéale devrait se composer comme suit: la moitié de l’assiette devrait être remplie par des légumes crus (salade, ou légumes et fruits coupés), sautés à la poêle mais toujours croquants à l’intérieur ou cuits légèrement à la vapeur.

Plus du quart de votre assiette devait être remplie par une portion de protéines (poulet sans la peau, dinde sans la peau, viande extra maigre, poisson, légumineuses…). Vous pouvez voir un exemple de 15 sources de protéines à petit prix dans ma fiche gratuite au bas de l’article.

Le dernier 1/4 de l’assiette se composera d’une portion de glucides (pain brun, pâtes aux grains entiers, riz brun, patate douce, produits céréaliers et légumineuses).

Cette dernière portion de glucides peut être encore réduite de moitié pour de meilleures résultats sur la perte de poids. Il convient toutefois de conserver un petit apport de glucides à chaque repas et collation afin de ne pas créer une baisse d’énergie peu agréable au cours de la journée.

10- Choisissez des aliments à index glycémique faible pour accélérer votre perte de poids
Vous voulez savoir comment utiliser l’index glycémique des aliments pour perdre du poids rapidement?

Diminuez ou évitez d’utiliser le sucre blanc en poudre (saccharose), même le sucre brun, ne consommez jamais de sucres modifiés (sucralose, aspartame ou autre etc), évitez les desserts industriels (pâtisseries, gâteaux, biscuits etc) car souvent très riches en gras saturés, gras trans et en sucres raffinés sans compter les conservateurs et additifs pour les desserts que vous trouverez tout prêts dans le commerce.

Tout ce qui est déjà préparé et industriel est à éviter.

Les meilleures sources de sucre sont celles présentent dans les fruits et légumes crus. Mais si vous souhaitez ajouter du sucre pour vos préparations, je vous conseille ma sélection de sucre santé.


En savoir plus


Diabète et obésité


Pourquoi un obèse a-t-il plus de risque d’être diabétique ?
Plus la quantité de graisse dans votre corps est importante, plus votre organisme a besoin d’insuline. Si votre pancréas n’arrive pas à produire assez d’insuline pour satisfaire ce besoin, alors vous développez un diabète.
Chez l’obèse ou la personne en surpoids, le diabète est donc bien la conséquence d’un excès de poids.
C’est pourquoi, toute perte de poids, même limitée, aura un effet bénéfique sur le diabète (ou le risque d’en développer un).

Combien y a-t-il d’obèses diabétiques ?
Une personne obèse a 3 fois plus de risques d’être diabétique qu’une personne non-obèse.

Quels sont les dangers du diabète ?

Un excès de sucre dans le sang expose en particulier :

aux maladies cardiovasculaires (hypertension artérielle, infarctus du myocarde, accidents vasculaires cérébraux, artérite des membres inférieurs),à des problèmes ophtalmologiques (cataracte, atteinte de la rétine),à un risque de plaies au niveau des pieds,à des atteintes rénales.

L’AVC est une atteinte d’une partie du cerveau, due soit à une rupture de vaisseau qui entraîne une hémorragie, soit à une interruption de circulation sanguine par un caillot ou une plaque de graisse.

Les conséquences d’un AVC peuvent être importantes : paralysie, perte de sensibilité.

Le pied diabétique présente un risque élevé de plaie, pour 4 raisons possibles :

perte de la sensibilité nerveuse (la douleur n’est plus ressentie),déformation du pied, avec appui exagéré sur certaines parties du pied,mauvaise circulation sanguine,sécheresse du pied, amenant notamment des crevasses au niveau du talon.

Il est possible, pour un médecin, d’évaluer chacun de ces paramètres, et donc de pratiquer, si nécessaire, une prévention utile qui empêchera la formation de plaie.

Un suivi médical régulier permettra de dépister au plus tôt un éventuel diabète ou de traiter correctement un diabète existant afin d’éviter les complications de cette maladie.

Quand penser au diabète ?

Si vous présentez un ou plusieurs de ces troubles, il est utile de consulter votre médecin traitant :

antécédents familiaux de diabète,adiposité abdominale,infections urinaires à répétition,intense fatigue,forte soif,urines fréquentes et abondantes,furoncles à répétition.

Le fait d’avoir une ou plusieurs personnes diabétiques dans sa famille augmente considérablement les risques de développer un diabète.

L’obésité abdominale est un excès de graisse au niveau du ventre.

Elle s’évalue principalement par la mesure du tour de taille.

Vous risquez de mettre en péril votre santé si votre tour de taille est :

Supérieur à 90 cm, si vous êtes une femme (en dehors de la grossesse),Supérieur à 100 cm, si vous êtes un homme.

Méthode de mesure du tour de taille :

Prenez un mètre de couturièreMettez-vous debout, pieds légèrement écartés, poids réparti sur les 2 jambesPrenez la mesure en plaçant le mètre à hauteur du nombrilFaites cette mesure lors d’une expiration douce.

Mais attention…
Généralement, le diabète ne se traduit par aucun symptôme: il faut donc le rechercher systématiquement en cas d’obésité.

Quels sont les examens à faire pour confirmer (ou non) un diabète ?
Le diagnostic de diabète se fait par une prise de sang qui permet de mesurer le taux de sucre dans le sang (glycémie).
Deux valeurs (au choix) permettent de confirmer un diabète :

soit une glycémie à jeun supérieure à 1,26 g/l (soit 7,1 mmol/l). Cette valeur devra être confirmée à 2 reprises,soit une glycémie, mesurée 2 heures après l’ingestion de 75 g de sucre, supérieure à 2 g/l (soit 11,1 mmol/l).

Que faire en cas de diabète ?

Le diabète doit être suivi part votre médecin, qui vous conseillera :

d’essayer, à votre rythme et selon vos possibilités, d’augmenter votre activité physique. Si vous ne savez pas très bien comment vous y prendre, reportez-vous à la partie « Bouger plus » du site.de perdre du poids (surtout l’excès de graisse au niveau du ventre). Une perte de poids, même minime, sera bénéfique à votre diabète.

En cas d’échec de ces deux premières mesures, la prise de médicaments pourra être envisagée. Dans la très grande majorité des cas, le traitement par injection d’insuline n’est pas nécessaire.

Par ailleurs, des règles diététiques particulières sont à suivre par toutes les personnes diabétiques. Votre médecin vous en informera.

Comment prévenir les complications du diabète ?
Les complications du diabète peuvent être prévenues en respectant les règles suivantes :

Contrôle régulier de la glycémie (quantité de sucre dans le sang),Traitement des éventuelles maladies associées (hypertension, excès de cholestérol),Arrêt du tabac,Soin attentif des pieds à cause du risque de plaies.


Dans tous les cas, un suivi médical régulier est nécessaire (tous les 6 mois environ).

Afin d’éviter l’apparition de plaies au niveau du pied, susceptibles d’évoluer gravement chez une personne diébétique, il est recommandé de :

vérifier régulièrement le bon état des pieds,traiter immédiatement toute mycose située entre les doigts de pied ou sur les ongles,éliminer les causes de frottement ou d’abrasion (chaussures mal adaptées etc…),hydrater les pieds secs avec une pommade hydratante non grasse.

Dans tous les cas d’apparition de troubles (lésions, rougeurs etc…) même mineurs, demandez conseil à votre médecin traitant.

Combien de kilos faut-il perdre pour ne plus être diabétique ?
Cela dépend des individus et de l’importance de leur masse grasse. En moyenne on considère que la perte de 5 à10% de poids chez un individu obèse améliore significativement la situation du diabète.

Mais attention, il n’y a pas que le poids, le fait de bouger davantage aura également un impact positif et immédiat. Perdre du poids, oui, mais surtout bouger plus !

Informez-vous aussi

bilan-maigrir.com 
Manger, un besoin essentiel mais aussi un plaisir fondamental...

Carnet d’adresses

Retrouvez les établissements spécialisés dans l'obésité de l'enfant et de l'adolescent.

accéder à la liste

© Cherry for Life Science | All Rights Reserved

Charte HIC | Mentions légales / CGU | Plan de site | Comité scientifique | Rédacteurs | Newsletter | Contact

Les informations et services disponibles sur obesite.com ne se substituent en aucun cas à la consultation des professionnels de santé compétents.


En savoir plus


Canicule et fortes chaleurs


La plateforme téléphonique d'information « Canicule » est joignable du lundi au samedi, de 9h00 à 19h00 au 0800 06 66 66 (appel gratuit depuis un poste fixe en France). Ce numéro permet d'obtenir des conseils pour aider à supporter les fortes chaleurs et des informations utiles en cas de situation particulière.

En prévision de l'épisode de chaleur de cette semaine, voici un rappel des conseils simples à adopter par tous, mais surtout par les personnes fragiles les plus à risques (personnes âgées de plus de 65 ans, personnes handicapées ou malades à domicile, personnes dépendantes, femmes enceintes…) afin de lutter au mieux contre les conséquences de la chaleur :

Buvez régulièrement de l’eau sans attendre d’avoir soif ;
Rafraîchissez-vous et mouillez-vous le corps (au moins le visage et les avants bras) plusieurs fois par jour ;
Mangez en quantité suffisante et ne buvez pas d’alcool ;
Évitez de sortir aux heures les plus chaudes et passez plusieurs heures par jour dans un lieu frais (cinéma, bibliothèque municipale, supermarché, musée…) ;
Évitez les efforts physiques ;
Maintenez votre logement frais (fermez fenêtres et volets la journée, ouvrez-les le soir et la nuit s’il fait plus frais) ;
Pensez à donner régulièrement de vos nouvelles à vos proches et, dès que nécessaire, osez demander de l’aide ;
Si nécessaire, demandez conseil à votre médecin traitant, tout particulièrement en cas de problème de santé ou de traitement médicamenteux régulier (adaptation de doses par exemple).


En savoir plus


cancer du sein


Un cancer du sein est une tumeur maligne (Amas de cellules cancéreuses) qui se développe au niveau du sein. Il existe différents types de cancer du sein selon les cellules à partir desquelles ils se développent. Les cancers du sein les plus fréquents (95 %) sont des adénocarcinomes (Type de cancer qui se développe à partir des cellules d’une glande (sein, thyroïde, prostate, etc.), de son revêtement (ovaire) ou d'une muqueuse (estomac, côlon…)., qui se développent à partir des cellules épithéliales de la glande mammaire.

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme. Il représente plus du tiers de l'ensemble des nouveaux cas de cancer chez la femme.

Les symptômes du cancer du sein :
Une boule dans un sein
Une boule ou une masse dans un sein est le signe d’un cancer du sein le plus couramment observé. Cette masse, en général non douloureuse, est le plus souvent de consistance dure et présente des contours irréguliers. Elle apparaît par ailleurs comme « fixée » dans le sein.
Des ganglions durs au niveau de l’aisselle (sous le bras)
Des modifications de la peau du sein et du mamelon
Un changement de la taille ou de la forme du sein

Les autres symptômes
Si le cancer n’est pas diagnostiqué dès l’apparition des premiers symptômes, la tumeur peut grossir et se propager vers d'autres parties du corps, entraînant ainsi d’autres symptômes dits plus tardifs, tels que :
• des douleurs osseuses ;
• des nausées, une perte d'appétit, une perte de poids et une jaunisse ;
• un essoufflement, une toux et une accumulation de liquide autour des poumons (épanchement pleural) ;
• des maux de tête, une vision double et une faiblesse musculaire.

Les traitements du cancer du sein :

Lorsqu'une anomalie est découverte lors d'un examen de dépistage ou qu'une personne présente des symptômes, plusieurs examens doivent être réalisés. C'est l'examen anatomopathologique des tissus prélevés au niveau de l'anomalie qui établit le diagnostic de cancer du sein. Ce prélèvement au niveau de l'anomalie est le plus souvent réalisé par micro ou macrobiopsies à travers la peau.

Différents types de traitements peuvent être utilisés pour traiter un cancer du sein : la chirurgie, la radiothérapie, l'hormonothérapie, la chimiothérapie et les thérapies ciblées.

Il arrive parfois qu'un seul type de traitement soit nécessaire. Dans d'autres cas, une association de traitements est utile pour mieux maîtriser la maladie. On peut ainsi, par exemple, réaliser une chirurgie et compléter ensuite le traitement uniquement par une chimiothérapie, ou uniquement par une radiothérapie.

Plusieurs thérapies ciblées sont aujourd'hui utilisées pour lutter contre le cancer du sein. Ces thérapies bloquent des mécanismes spécifiques des cellules cancéreuses.

Le choix des traitements est personnalisé et adapté à votre situation. Plusieurs médecins de spécialités différentes se réunissent en réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) pour discuter des meilleures solutions de traitements possibles dans votre cas. Ils se fondent, pour cela, sur des recommandations de bonnes pratiques.

Dans tous les cas, la prise en charge thérapeutique est définie en accord avec vous sur la base de l'avis rendu en réunion de concertation pluridisciplinaire.

L'équipe qui vous prend en charge comprend des professionnels de différentes spécialités : gynécoloque, oncologue médical, chirurgien, oncologue radiothérapeute, pathologiste, psychiatre et psychologue, spécialiste de la douleur, infirmier, kinésithérapeute, aide-soignant, diététicien, assistant social... Ces professionnels travaillent en collaboration au sein de l'établissement de santé dans lequel vous recevez vos traitements et en lien avec votre médecin traitant.

Les traitements peuvent engendrer des effets secondaires qui font également l'objet d'une prise en charge médicale. Des conseils pratiques peuvent aussi vous aider à les atténuer.

La prise en charge du cancer est globale et comprend tous les soins et soutiens dont vous pourriez avoir besoin dès le diagnostic, pendant et après les traitements : soutien psychologique, accompagnement social, prise en charge de la douleur, etc.


En savoir plus


L'arthrose


L'arthrose ou ostéoarthrite se manifeste par des douleurs aux niveau des articulations causées par l'usure du cartilage et de l'articulation. Longtemps considérée comme une fatalité liée au vieillissement, elle ne bénéficie que de traitements destinés à soulager la douleur. Le genou, la hanche, la colonne vertébrale, le cou, les doigts ou la cheville peuvent être touchés. La recherche sur les causes de l'arthrose pourrait permettre demain de trouver de nouvelles armes contre cette maladie.

L'examen du malade; Lui seul est capable de définir les caractéristiques de la douleur ressentie et son "classement" en tant que douleur arthrosique mécanique ou non.

L'EXAMEN CLINIQUE

Il consiste en l'examen des articulations douloureuses.

Il recherche :

L'existence d'une douleur provoquée à la palpation ;
Les déformations articulaires ;
L'amplitude des mouvements restant possibles ;
La présence d'un épanchement liquidien (genoux)

raitement de l'arthrose
LES MESURES HYGIÉNODIÉTÉTIQUES
La mise au repos de l'articulation douloureuse est indispensable pendant les périodes douloureuses.

L'appareillage (orthèse) permet d'éviter les déformations et de soutenir l'articulation pour éviter la douleur. On l'utilise notamment pour la mise au repos de l'articulation dans la rhizarthrose (arthrose du pouce)

Il ne faut cependant pas que ce repos soit trop prolongé, car il est ensuite d'autant plus difficile de remobiliser l'articulation en cause.

En dehors des périodes très douloureuses, un exercice modéré est recommandé : pour les arthroses de la hanche, on conseille la bicyclette plutôt que la marche car cette activité sportive entretient la musculature en usant moins le cartilage de la hanche qui est déchargée du poids du corps. Pour l'arthrose de la colonne lombaire, certains mouvements de gymnastique sont contre-indiqués.

La perte de poids augmente considérablement le confort des patients. Il est démontré que l'amaigrissement des patients arthrosiques en surpoids retarde l'évolution de la maladie.


En savoir plus


Calendrier des vaccinations 2018


Depuis le 1er janvier 2018, 11 vaccinations sont obligatoires et conditionnent l’entrée en collectivité pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2018. Il s’agit des vaccinations contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite (antérieurement obligatoires), la coqueluche, les infections invasives à Haemophilus influenzae de type b, l’hépatite B, les infections à pneumocoque, les infections invasives à méningocoque de sérogroupe C, la rougeole, les oreillons et la rubéole (tous antérieurement recommandés).

Nouveaux vaccins :

- Vaccins hexavalents contre diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite, Haemophilus influenzae de type b, hépatite B : un troisième vaccin est désormais disponible : Vaxelis® ; ses indications sont identiques à celles des autres vaccins hexavalents. En l’absence de données d’interchangeabilité pour l’ensemble des vaccins hexavalents, tout schéma vaccinal débuté avec un hexavalent doit être poursuivi avec le même hexavalent.

- Vaccins tétravalents contre la grippe saisonnière : trois vaccins grippaux tétravalents disposent d’une autorisation de
mise sur le marché (AMM) ; il s’agit des vaccins : Influvac Tetra®, Vaxigrip Tetra®, Fluarix Tetra®.

Arrêt de commercialisation :

- Le vaccin rougeoleux monovalent Rouvax® n’est plus commercialisé actuellement et ne sera plus disponible à partir d’avril 2018. Actuellement, sa délivrance est réservée aux indications recommandées (nourrissons âgés de 6 à 11 mois devant être vaccinés dans un contexte de post-exposition ou de voyage en zone d’endémie.)


En savoir plus


Tout savoir sur le maintien à domicile


On parle de « maintien à domicile » lorsque la personne âgée fait le choix de rester chez elle. Grâce à différentes aides à la fois humaines, matérielles et financières, la personne dépendante peut continuer à vivre dans son logement. Cette solution constitue une alternative au placement en établissement spécialisé de type maison de retraite ou Ehpad.
Le maintien à domicile s’est fortement développé au cours de ces dernières année. Le placement en maison de retraite est désormais moins automatique.
Avant toute prise de décision, il faut surtout évaluer l’état de santé de la personne âgée ainsi que sa situation financière. Bon nombre de solutions humaines et matérielles permettent aujourd’hui de faciliter le maintien à domicile.

Les infirmières libérales interviennent sur prescription médicale auprès des personnes âgées de plus de 60 ans, malades ou en perte d’autonomie, des personnes de moins de 60 ans handicapées ou atteintes d'une maladie chronique.

Leurs interventions auprès des personnes âgées ont pour objectif de prévenir la perte d’autonomie, d'éviter une hospitalisation, de faciliter le retour à domicile après une hospitalisation, de retarder une entrée dans un établissement d'hébergement. Ces interventions peuvent être de courte, de moyenne ou de longue durée selon l’état de santé et les besoins du patient.

Les infirmières libérales assurent les soins 7 jours sur 7 si besoin.


Escarre : la peau qui se nécrose


Les escarres touchent principalement les personnes alitées. Ce sont des plaies qui se forment de manière insidieuse car la peau se nécrose de l'intérieur.
On trouve les escarres à des endroits spécifiques : par exemple le sacrum, les talons mais aussi parfois les coudes, la nuque ou le haut du crâne. Elles sont la conséquence d'une pression répétée au niveau des points d'appui.
La peau est en première ligne et quand une escarre l'attaque, différentes couches peuvent être touchées en fonction de la gravité de la lésion.
Chez une personne alitée ou en fauteuil, les couches de peau se retrouvent sous pression entre le lit ou le fauteuil et les os. Cette pression écrase les vaisseaux sanguins en profondeur et le sang n'irrigue plus les tissus qui vont très vite manquer d'oxygène. C'est ce qu'on appelle l'hypoxie tissulaire. Lorsqu'elle se prolonge, les tissus meurent et se nécrosent.

Deux heures suffisent à la formation des escarres. Mais ces dernières ne sont pas tout de suite visibles. Elles se développent d'abord en profondeur au niveau des muscles puis atteignent les différentes couches de la peau. Le premier signe visible est l'apparition de rougeurs en surface. Lorsque la peau se creuse, il est déjà trop tard car en profondeur les dégâts musculaires et osseux sont importants. Pour éviter d'en arriver à ce stade, la prévention est indispensable.

La prévention des escarres doit être systématique. Des mauvaises positions assises, couchées, voire des supports (par exemple des fauteuils roulants) inadaptés, peuvent favoriser la survenue d'escarres. Tout comme la baisse des défenses immunitaires chez certains patients. Lorsqu'une personne alitée a déjà fait des escarres, un suivi régulier est recommandé.

Les conseils pour prévenir les escarres : les massages répétés, l'utilisation d'un coussin qui permet de modifier les points d'appui, les changements fréquents de position limitent les risques de développer une escarre. Lorsque l'escarre se forme, elle provoque une importante destruction des tissus.


En savoir plus


Syndrome de l’intestin irritable : enfin une prise en charge optimale ?


Près de 5 millions de Français souffrent du syndrome de l’intestin irritable (SII). Une pathologie qui pèse lourdement sur la qualité de vie. Depuis quelques années, de nombreuses recherches scientifiques mettent en cause les perturbations du microbiote intestinal dans la survenue de cette pathologie. D’ailleurs certaines souches de probiotiques ont montré une réelle efficacité pour combattre les symptômes.

Probiotiques : des souches qui ne se valent pas

Dans ce contexte, l’approche d’une prise en charge par des souches bien spécifiques de probiotiques s’avère de plus en plus prisée par les patients. D’ailleurs, la recherche scientifique s’intéresse depuis de nombreuses années au rôle du microbiote dans le déclenchement du SII. Et le Pr Sabaté a travaillé sur ce sujet. « Il existe de nombreux mécanismes connus dans cette maladie dont un certain nombre est lié au microbiote. Des perturbations de ce dernier, qu’on appelle dysbiose, peuvent en effet être à l’origine ou associés au SII ».

Aujourd’hui les probiotiques sont de mieux en mieux évalués et constituent une option thérapeutique sérieuse. Mais comme l’explique notre spécialiste, toutes les souches de probiotiques ne se valent pas. « Certaines ont fait l’objet d’études sérieuses et ont prouvé leur efficacité dans la réduction des symptômes du SII, plus particulièrement au niveau des douleurs abdominales ». C’est le cas de la souche « Bifidobacterium Infantis 35624® – disponible en France depuis mars sous le nom d’Alflorex® – qui a démontré une amélioration des symptômes par rapport au placebo ».

L’efficacité de cette souche a largement été documentée dans de nombreuses études publiées dans des revues scientifiques reconnues. Ces recherches lui confèrent une légitimité forte. A tel point qu’elle figure dans les recommandations de la Société nationale française de gastro-entérologie (SNFGE) et de la World Gastroenterology Organisation (WGO). Pour conclure, le Pr Sabaté estime plus « logique de prescrire des compléments alimentaires qui ont montré leur efficacité ».


En savoir plus


JUIN VERT : UN FROTTIS TOUS LES 3 ANS, C’EST IMPORTANT


Le taux de couverture par frottis a baissé en France entre 2015 et 2016, alors que 3 000 femmes contractent un cancer du col de l’utérus chaque année.

En 2016, dans les Bouches-du-Rhône, seulement 57,28 % des femmes ciblées avaient réalisé un dépistage dans les trois dernières années, loin de l’objectif de 80% fixé par la loi de santé publique.

Notre rôle est essentiel pour informer de la nécessité d’une réalisation régulière de ce dépistage par un plus grand nombre de femmes.

POPULATION CONCERNÉE : les femmes de 25 à 65 ans, vaccinées ou non contre les HPV.
FRÉQUENCE : tous les 3 ans (après 2 frottis normaux effectués à 1 an d’intervalle).

40 % des femmes ne réalisent pas ou pas assez régulièrement de frottis.
Il s’agit des femmes :
des jeunes femmes de 25-30 ans ;
de 50 à 65 ans ;
des catégories socio-économiques les moins favorisées ;
admises en ALD ;
en situation de handicap.

La généralisation de ce programme national, prévue en 2018, concernerait principalement les femmes non dépistées dans les trois ans.


Déshydratation


C'est un déséquilibre entre les apports et les pertes hydriques. L'eau de l'organisme n'est pas la seule perturbée. Bien souvent, les sels minéraux le sont également, notamment parce lorsqu'on transpire (fièvre, activité intense, canicule, etc.), que l'on vomit ou que l'on est sujet aux diarrhées, on perd à la fois de l'eau et des minéraux comme le sodium et le potassium.

Sont principalement touchés les enfants, à l'occasion d'une maladie infantile avec fièvre ou lors d'une exposition solaire (insolation), les seniors en cas de canicule (coup de chaleur), les sportifs de l'été qui compensent mal leurs pertes hydriques et les voyageurs de tous âges.

Quels sont les symptômes de la déshydratation ?

Au début, ce peut être une simple soif. Mais comme les bébés sont incapables de s'exprimer autrement que par des pleurs - pas toujours bien interprétés ! - et que les personnes âgées ne ressentent plus la soif, le risque est grand de passer à côté et de laisser évoluer la déshydratation. Dans ce cas, d'autres signes d'alertes viennent s'y ajouter...

Si la déshydratation n'est pas rapidement corrigée, la sensation de soif devient intense, la production de sueurs et d'urines diminue, fièvre, le pouls accéléré, maux de tête, des vertiges dus à une baisse de la tension artérielle, des nausées et des vomissements, surviennent.

Peut-on prévenir la déshydratation ?

Dans toutes les situations à risque de déshydratation il est possible et même fortement conseillé de tout miser sur la prévention !

En cas de poussée de fièvre : il faut éviter de trop couvrir. Un vêtement léger en coton et un drap (mais pas de couverture) suffisent. On peut aussi donner du paracétamol et surtout, réhydrater en donnant à boire tous les quarts d'heure environ.
Lors d'une séance de sport : il faut bien se réhydrater avant, pendant et après la séance.
En cas de canicule : il faut proposer à boire toutes les 20 minutes environ, soit une eau peu minéralisée pour un nourrisson car ses reins sont immatures, soit de l'eau minérale ou du bouillon de légumes pour un senior. Tout ce petit monde doit rester dans une pièce au frais (volets fermés durant la journée). Porter un simple tee-shirt ample, en coton et de couleur claire. Se rafraîchir plusieurs fois par jour à l'aide d'un brumisateur, d'un gant humide, ou passer carrément sous la douche, mais sans se sécher ensuite. Et ne pas sortir aux heures les plus chaudes de la journée.
Rafraîchir son domicile.


En savoir plus


LE DIABÈTE


De type 1 ou 2, le diabète traduit une élévation anormale du taux de glucose dans le sang. Cette anomalie est due à une insuffisance ou une mauvaise utilisation de l'insuline. Découvrez les différents types de diabète.

Le diabète de type 2
Appelé également diabète gras ou de la maturité, le diabète non insulino-dépendant (DNID) est une maladie métabolique caractérisée par un excès chronique de sucre dans le sang (hyperglycémie).

Le diabète de type 1
Egalement appelé diabète maigre, le diabète insulinodépendant (DID) représente 10 à 15% des cas de diabète. Il survient le plus souvent chez un sujet non obèse, avant l'âge de 30 ans.

Le diabète de grossesse
Loin d'être anodin, le diabète est la principale complication de la grossesse. Mais pas de panique, les femmes diabétiques peuvent mener à bien une grossesse grâce à un suivi adéquat.


En savoir plus


Le cancer colorectal


Un cancer colorectal dépisté tôt se soigne mieux. Vous avez entre 50 et 74 ans ? N’hésitez pas à bénéficier gratuitement du test de dépistage.

Le cancer colorectal est le troisième cancer le plus fréquent et la deuxième cause de décès par cancer en France. En général, le cancer colorectal survient chez des personnes de plus de 50 ans. Grâce au dépistage et à l'amélioration des traitements, la mortalité décroît. En effet, plus un cancer est diagnostiqué tôt, plus il se soigne facilement, et plus les chances de survie sont importantes.

C'est gratuit : vous n'avez pas de frais à avancer. Votre médecin traitant vous remet gratuitement le test de dépistage. L'analyse de votre test en laboratoire agréé est également prise en charge à 100 % par l'Assurance Maladie.


En savoir plus